Le 3 septembre 2019, produit et rédigé par Louis Viratelle.
Ajusté par @TheMaitre.

À la conférence développeur 2019 d’Apple, la WWDC, multiples mises à jour logicielles ont étaient présenté : iOS 13, MacOS Catalina, watchOS 6, tvOS 13 et iPadOS. Par ailleurs et pour continuer sur l’aspect logiciel, de nombreuses nouveautés ont été officialisées à travers des logiciels à l’image de Xcode.

Mais cette conférence qui s’adresse depuis ses débuts aux développeurs a mis en scène, en plus d’un magnifique écran nommé Pro Display XDR, un nouveau Mac Pro.

 

 

Apple Pro Display XDR – Image à titre d’illustration.

 

Apple Mac Pro – Image à titre d’illustration.

 

C’est de ce Mac Pro que découle la réflexion suivante.

Comme son nom et son lieu de présentation l’indique, le Mac Pro est pour… les pros !

Il est destiné à des secteurs d’activité bien particuliers et pointus.

Par exemple, le Mac Pro n’est pas destiné à celui qui monte des vidéos pour du YouTube. Bien qu’il lui faille de la puissance, l’iMac Pro le comblera très largement. 

Ce Mac Pro est destiné aux monteurs pour la réalisation de films, à certains développeurs (surtout pour le domaine du graphisme), à la conception de bande sonore complexe et de très haute définition. Ce Mac s’adresse majoritairement aux secteurs d’activité liés aux graphismes et à la création de contenu poussée qui demandent une puissance de traitement colossal. 

Au vu de son placement tarifaire, je pense prioritairement à ces domaines.

Hormis cette courte précision, je fais part d’un désaccord avec Apple.

Ce désaccord ou plutôt cette incompréhension est dû à l’émergence des cloud computing.

Je pense que le futur de la puissance est déportée. Les services de cloud computing du type Hume, Shadow, Microsoft Azure ou encore Google Stadia offrent en plus des performances digne de serveurs une empreinte carbone réduite, des chauffes locales inexistantes, un silence de fonctionnement et un gain de place et de mobilité.

Mais ces systèmes dématérialisés accusent d’un défaut majeur. Leur fonctionnement dépend de la fiabilité du retour image, donc des connexions internet. Malgré le déploiement massif de la fibre optique et de la récente mise en place des tests 5G, la fiabilité actuelle de ces clouds computing est moindre que celle des puissances locales.

Pour remédier à ce grand défaut, j’imagine de mon point de vue personnel qui ne tient pas en compte toutes les contraintes, un système qui mêle puissance locale et déportée. Le principe est simple à s’imaginer bien que complexe à rendre réel.

Par exemple, l’interface visuelle d’un navigateur web serait gérée par la puissance locale. Idem pour la gestion de l’os, des animations et de tous les éléments qui demandent une puissance de traitement raisonnables au vu des performances locales de l’appareil.

En contrepartie, les éléments graphiques qui demandent beaucoup de puissance seraient gérés via la puissance déportée. Dans l’absolu, c’est un peu le principe de Microsoft Azure. Le traitement complexe est fait à distance mais le logiciel Azure fonctionne en local.

Le concept imaginé ne s’arrêterait pas là vu que certaines données d’une même tâche seraient calculées à distance, et d’autres plus simple, localement. Et ce également pour les graphismes.

Concrètement, un logiciel de montage vidéo afficherait son interface via la puissance locale, cela inclut l’ensemble des menus et boutons virtuels, la timeline voir même certains pixels constituants le rendu de la vidéo. Le reste des pixels seraient traités à distance et s’ajouteraient au rendu de l’affichage final.

Ainsi, on pourrait imaginer des appareils ultra portable se munir de possibilités décuplées à l’aide de cette solution qui exploiterai pleinement les actuelles solutions de connexions que sont les fibres optique ou la cinquième génération de réseaux mobile.

Il faudrait imaginer des abonnements qui en fonction du prix payé (au mois, à l’année ou à l’heure) permettrait d’accéder à une certaine ressource de puissance dématérialisée. Ce qui différencie les appareils dit grand public de ceux dit professionnels chez Apple reposent sur deux aspects dont un en particulier : la puissance et la modularité, que propose par exemple le Mac Pro.

Pour se faire, une double grille tarifaire devrait exister, une pour le grand public et une pour les professionnels. Celle pour le grand public ne rentrerait pas dans les caractéristiques techniques mais dans les usages que permet l’abonnement quand la grille tarifaire pour les professionnels serait beaucoup plus accès sur les performances et les composants qui se trouvent du côté serveur.

Cette double combinaison serait particulièrement favorable à la démocratisation de l’iPad. Actuellement, les iPads utilisent le même type de processeurs que les smartphones. Il s’agit de processeurs avec des core ARM. Ces cores sont particulièrement bon quand il s’agit d’exécuter des interfaces. Ils permettent un rendu d’une fluidité exemplaire et leur architecture est adaptée aux contraintes d’alimentation, de compacité et thermique que nos appareils modernes imposent. 

Là où ces processeurs sont très mauvais, c’est pour la programmation. Les cores ARM rendent la compilation du code informatique compliquée, idem pour l’exécuter.

Combiner ces processeurs aux processeurs X86 des ordinateurs plus traditionnels permettrait dans l’absolu de transformer un iPad en un véritable ordinateur capable de répondre aux besoins des informaticiens grâce à la combinaison des cores ARM en local et des cores X86 distants.

Mais tout cela, serait qu’une option et celui qui n’envisage pas de faire de la programmation ignorerait même cette possibilité.

Au bout du compte, la notion d’appareils physiques pour les professionnels n’existerait plus. Tout le monde aurait les mêmes outils physique chez soit et au plus grand bonheur de tous tant une interface ergonomique, belle et fluide sont des qualités rudimentaires. Mais la puissance local pourrait être associé à la puissance dématérialisée pour décupler usage et performance que demandent les professionnels comme certain particulier.

Le principal défaut d’un tel système serait l’obligation de revoir entièrement le code informatique des applications / logiciels, ce qui amputerai drastiquement sur la vitesse de développement du système. Il faudrait que des systèmes d’exploitation du type iPadOS fassent leur preuve quant à leur fiabilité, que ce soit de l’os ou des applications qui sont exécutées. MacOS a déjà fait ses preuves pour les professionnels et les particuliers très exigeant.

Aussi, la question de sécurité se pose, un chiffrage serait nécessaire ainsi que l’indépendance des données avec les états. Il faut absolument que les données traitées via le cloud ne soient pas directement liées à un utilisateur et qu’un système de cryptage impossible à déchiffrer soit mis en place.

Enfin, le système resterait dépendant de la connexion internet et puis naturellement, il faudrait qu’il soit plus économe en ressources et moins polluant que les actuelles solutions.

C’est ainsi que j’aurai imaginé le nouveau Mac Pro, via un système qui mêlerait puissance pour les professionnels mais interface aussi intuitive que celles pour le grand public. 

Je pense qu’à l’heure actuelle, les technologies de connexion doivent encore mûrir pour permettre d’imaginer de tels concepts devenir réel. Il est alors admissible de voir des appareils comme le Mac Pro être présentés. 

Cependant, je ne comprend pas pourquoi Apple expose aucun signe montrant une potentielle dérive de leurs appareils vers de telles solutions dématérialisées, la marque se dirigeant pourtant de plus en plus vers les services.

La puissance démontrée, les possibilités évolutives, la flexibilité de l’appareil sont tant de points qui ont actuellement leur importance. Seul le Mac Pro physiquement parlant ne devrait plus avoir sa place chez les utilisateurs. Cette place serait occupée par le Pro Display XDR, qui sublimerait les performances distantes proposées par les serveurs d’Apple.

Dans le texte “L’humain et sa planète”, je tenais les propos suivant : “Parce que vous ignorez la présence de votre smartphone dans votre poche, rendons le mot technologie obsolète. Son intégration systématique provoquera son ignorance.”

Je ne pense point qu’un appareil de 18kg — bien que sa conception soit remarquable — puisse rendre le mot technologie obsolète.

Telle est ma vision.

Partage

Nous retrouver.

© 2019 Briska Digital — TechMilisme.
Tous droits réservés.

Nous contacter | Mentions légales