Proposé par Louis, mis à jour le 15 mars 2019.

Les codecs et les profils Bluetooth sont deux termes qui désignent deux éléments totalement différents :

  • Les codecs pourraient être assimilés à la compression, l’encodage du signal numérique.
  • Les profils eux seraient l’équivalent du “langage” utilisé pour la communication entre les deux appareils.

Les codecs :Il existe énormément de codecs audio. Certains sont propriétaires à des constructeurs comme celui d’Apple, le ALAC qui ne propose pas de perte de données.

D’autres codecs sont libres et peuvent être utilisés par tout le monde. Certains de ces codecs sont très connus comme le AAC (débit fixe de 250kbps) et le AAC+ (amélioration du AAC). Ces codecs sont tellement connus que la plupart des appareils Bluetooth respectent leurs standards.

Je présente par la suite les principaux codecs qui vont de plus en plus se démocratiser dans les années qui arrivent.

Le FLAC, en plus d’être un format audio sans perte est aussi un codec libre de droit sans perte. Cela signifie que toutes les informations du signal audio sont gardées. Cet avantage indéniable permet de transmettre par exemple de l’audio depuis un smartphone en qualité cd ou Hi-Res vers le dac du récepteur en conservant l’entièreté des informations. Le constructeur audio maîtrise donc son dac car celui-ci n’est pas dans le smartphone. Il gère l’entièreté de la chaîne, du décodage de l’information numérique jusqu’au signal audio analogique qui sort des membranes.

Par ailleurs, Sony a créé son propre codec appelé LDAC. Il fut avec cette technologie l’un des premiers à proposer de la haute fidélité audio sans fil. Android, est compatible avec ce codec dans ses dernières versions. Le matériel audio doit être certifié pour promettre cette très bonne qualité audio, proche de la qualité cd.

Le LDAC promet un transfert de données pouvant atteindre les 990 kb/s soit proche mais pas équivalent à la qualité cd qui elle est d’environ 1400 kbps.

Je vais terminer cette première partie en présentant le codec aptX. Développé par Qualcomm, ce codec est sûrement le plus utilisé pour proposer une bonne qualité audio. D’un débit pouvant varier entre 279 et 420kbps (une grosse particularité car par exemple, le LDAC a un débit uniquement commutable entre 330, 660 et 990kbps), il propose une qualité audio plus éloignée du cd mais suffisante pour laisser passer des données audio 24bits. La particularité de l’aptX est qu’il propose une latence plutôt faible en comparaison des autres codecs : entre 50 et 80ms.

Cette latence est suffisamment courte pour assurer un visionnage de contenu audiovisuel sans risquer d’apercevoir de différence entre le son et l’image. En comparaison, la latence du AAC tourne autour des 200ms (l’être humain commence à percevoir un décalage audio-vidéo assez marqué) et celle du LDAC est inférieur à 200ms ce qui reste élevé.

Tous ces codecs ont été développé pour assurer une qualité audio descente et qui se rapproche des prouesses du cd. C’est triste à dire mais la dématérialisation de l’audio a entraîné un bond en arrière de la qualité du signal. Beaucoup de services de streaming en ligne comme Spotify ne propose pas une bonne qualité, celle-ci est des fois même inférieur au mp3 !

Les codecs avec une bonne transmission audio ne seront pas plus efficace que du AAC si la source de base n’est pas de bonne qualité. C’est pour cela qu’il faut privilégier des services audio comme Qobuz, Tidal ou Deezer dans sa version HiFi qui propose une qualité CD voir Hi-Res pour le Français Qobuz. Sinon, il faut acheter directement sa musique depuis des services qui propose une bonne qualité audio.

Depuis décembre 2016, le Bluetooth 5.0 est officiel. Ce dernier promet un débit de 2Mb/s au maximum. Sa mise en service est très longue et aujourd’hui peu d’appareil sont compatible malgré la disponibilité des composants. Les grandes marques de l’audio ne font pas de cette intégration une priorité car le grand public est satisfait de l’audio même si la richesse du signal est faible. Quand au secteur du professionnel et des passionnés, ils privilégient le filaire et les casques indépendant du dac pour avoir des débits, une qualité et une praticité bien meilleur que ce que propose le dernier protocole Bluetooth.

Nous commençons à voir aujourd’hui quelques produits compatibles avec le Bluetooth 5 comme les derniers true wireless ATH-CKR7TW de chez Audio Technica présenté à l’IFA 2018. Faut-il encore être sur que le protocole Bluetooth 5.0 est bien utilisé pour la transmission de l’audio et non pas uniquement pour la fiabilité de la connexion.

Si je parle autant du Bluetooth 5.0, c’est que sa bande passante est suffisamment puissante pour laisser passer un signal audio cd. Cette évolution élimine la contrainte d’un codec avec un gros algorithme pour encoder l’audio afin que la transmission avec un protocole Bluetooth pas très puissant (comme la version 4) soit possible. Par ailleurs, la latence (si l’ensemble de la chaine hardware et software est bien conçu) est beaucoup plus faible qu’auparavant.

Le Bluetooth 5 offre de belles avancées dans l’audio (également dans d’autres secteurs). La possibilité d’envoyer de l’audio en haute qualité, de réduire la latence sans compensation offre de nouvelles possibilités pour l’industrie de l’audio comme le développement de leur propre DAC.

Les profils :

Pour que le Bluetooth fonctionne, lors de sa connexion avec un autre appareil il signale avec quel profil il fonctionne et est informé inversement des profils de l’autre appareil.

Il existe pour le Bluetooth d’innombrable profil. Nous allons ici détailler quelques un des profils utilisés pour l’audio, le Bluetooth ne se limitant pas qu’à l’audio.

Pour un fonctionnement mono (même son dans les deux oreilles), les profils HSP et HFP sont utilisés. 

  • HSP (Headset Profile – Profil Casque) : il permet les fonctionnalités de base pour la communication entre l’émetteur du signal (ex: smartphone) et le récepteur audio.
  • HFP (Hands Free Profile – Profil Main Libre) : ce profil permet finalement les communications entre le récepteur et l’émetteur (uniquement dans ce sens). A l’origine, il était utilisé pour contrôler un appel qui provient d’un smartphone depuis le kit main libre d’une voiture. Pour l’anecdote, l’Audi A8 été la première voiture à proposer du bluetooth, il fut le premier à exploiter ce profil.

Pour un fonctionnement stéréo (son pouvant varier entre les deux oreilles, canal droit et gauche indépendant), les profils A2DP et AVRCP ont vu le jour.

  • A2DP (Advanced Audio Distribution Profile – Profil de Distribution Audio Avancée) : Il permet la distribution de l’audio stéréo, la qualité de la transmission est bien meilleur que sur les deux premiers profils.
  • AVRCP (Audio / video Remote Control Profile – Profil de commande à distance audio / vidéo) : ce profil détient le même rôle que le HFP sauf qu’il est utilisé lorsque le profil A2DP fonctionne. Il permet donc d’envoyer des données simple du récepteur vers l’émetteur (uniquement dans ce sens) pour par exemple changer de musique depuis son casque.

Pour plus d’information sur les profils Bluetooth qui existe (pas uniquement en audio), je vous invite à consulter la page Wikipedia (en Anglais) qui résume très bien tout ce beau monde.

Partage

Nous retrouver.

© 2019 Briska Digital — TechMilisme.
Tous droits réservés.

Nous contacter | Mentions légales