Quand la modification d’un minuscule logo de batterie présent sur les iPhone irrite les foules

Un petit logo, de grandes réactions mais surtout une information profondément assimilée et acquise intellectuellement qui en dit beaucoup…

|Écrit de Louis Viratelle
Remerciements à Mathis pour sa contribution. 
Publié le 9 août 2022. 

|Écrit de Louis Viratelle. 
Remerciements à Mathis pour sa contribution. 
Publié le 9 août 2022. 

La bêta d’iOS 16 entre en version 5. Parmi les nouvelles fonctionnalités proposées, l’une d’entre elles a soulevé beaucoup de réactions même si elle aurait pu paraître plus qu’anecdotique. Cette bêta donne la possibilité dans les réglages de l’iPhone d’afficher le pourcentage de batterie restant directement dans le logo de batterie qui se situe en haut à droite de l’encoche.

C’est l’introduction du design de l’iPhone X qui aura motivé Apple à faire le compromis de cacher cette information chiffrée dans le centre de contrôle. Tous les récents iPhone « borderless » hériteront de ce design graphique qui n’indique qu’approximativement l’autonomie de son précieux.

Cette décision qui avait déjà à l’époque perturbée se voit aujourd’hui changée. Mais cette nouvelle option pour afficher le pourcentage de batterie avec la bêta d’iOS a motivé Apple à faire un nouveau compromis visuel. Lorsque ce pourcentage est affiché, la jauge visuelle de batterie restante disparaît au profil d’un logo de batterie tout le temps plein. C’est précisément cette décision qui perturbe beaucoup de « bêta testeurs », ces utilisateurs qui testent les nouveautés de l’OS en amont de son lancement officiel.


Un petit logo, de grandes réactions mais surtout une information profondément assimilée et acquise intellectuellement

Factuellement, afficher le pourcentage d’autonomie à la place de l’indication graphique de batterie restante permet de donner exactement la même information, mais avec plus de précision. Pourtant, cette modification fait réagir. Et c’est précisément cette batterie graphiquement toujours pleine qui en est la cause.

Pour autant, il semble très étonnant que nos interprétations se comportent ainsi au vu de notre capacité à rationaliser ! Nous évoluons dans un monde où l’environnement physique tout comme les interfaces graphiques évolue perpétuellement, et nous sommes soumis à une adaptation naturelle constante face à ces fluctuations, la plupart du temps sans même en être conscient ! Les quelques modifications qui terminent par émerger dans la partie consciente de notre cerveau sont d’ailleurs souvent vécues positivement, car elles symbolisent la nouveauté. C’est cette nouveauté qui caractérise entre autres la modernité. Et la discipline du marketing connaît bien ce principe qu’elle emploie abondamment !

Alors, pourquoi une telle réaction face à ce logo de batterie ? Parce-que notre cerveau (et ses déductions inconscientes) est convaincu que notre iPhone nous est indispensable, à l’image d’une drogue. Indirectement et selon un degré de lecture inconscient, ce logo de batterie représente la jauge de dopamine et de satisfaction potentielle pas encore consommée. Inconsciemment, notre cerveau considère ce logo avec un tel niveau d’importance que même s’il affiche une nouvelle information plus précise encore, il échoue à rationaliser le contexte tant l’interprétation inconsciente est influente. Il échoue à faire la part évidente de l’information qui fait la plus sens de vérité, et donc à ignorer cette seconde information erronée.

La fin de ce texte est un pari : je fais le pari qu’il ne suffira que de quelques jours pour que le cerveau des utilisateurs restructure ses interprétations inconscientes afin que ce nouveau logo finisse par ne plus perturber. Car cette perturbation est causée par cette rare et double interprétation intellectuelle du logo. Cette interprétation oppose à court terme celle intuitive, évidente, en permanence adaptée au changement, de celle inconsciente fondée sur l’habitude et sur l’instinct du jugement face au besoin satisfait (celui de dopamine) qui découle de cette habitude.

Partager l'ArTech

Partager l'ArTech

Partager l'ArTech

Partager l'ArTech