La NASA simplifie ses plans pour acheminer sur Terre des échantillons de Mars

Deux nouveaux hélicoptères devraient être envoyés sur Mars pour aider au retour d’échantillons de roches prélevés par Perseverance.

|Écrit de Louis Viratelle
Remerciements à Mathis pour sa contribution. 
Publié le 07 août 2022. 

|Écrit de Louis Viratelle. 
Remerciements à Mathis pour sa contribution. 
Publié le 7 août 2022. 

La mission de Perseverance consiste entre autres au prélèvement de roches sur la planète et à leur analyse avec les divers appareils spécialisés présents à bord du rover. Mais depuis l’établissement de la mission Mars 2020 que nous avions longuement décrite dans un papier, la NASA avait en tête l’idée d’acheminer sur Terre des prélèvements de Mars. Ces prélèvements permettraient d’obtenir des informations scientifiques bien plus précises qu’avec les capacités embarquées de Perseverance.

Pour arriver à cette prouesse d’ingénierie encore jamais accomplie, il est prévu de concevoir et de produire tout un ensemble d’appareils aux rôles spécifiques. Ils permettraient de récupérer les échantillons sur Mars, de les envoyer en orbite autour de Mars puis de les acheminer en direction de la Terre.

C’est cette première étape de récupération des échantillons sur la planète rouge qui a été modifiée. Elle doit maintenant être soumise à la validation de l’Agence Spatiale Européenne (ESA), qui contribue au projet Mars 2020. Initialement, un rover prénommé « Fetch Rover » annexe à Perseverance devait atterrir sur Mars avec le « Sample Retrieval Lander ». Cette plateforme contient notamment « Mars Ascent Vehicle », la fusée qui décollerait avec les échantillons en direction d’une orbite martienne. « Fetch Rover », qui est donc un rover annexe à Perseverance, devait initialement s’approcher de Perseverance pour récupérer les échantillons. Puis il devait les transférer à la plateforme « Sample Retrieval Lander ».

Il est désormais question d’une organisation simplifiée. C’est Perseverance lui-même qui devrait transférer ses prélèvements au « Sample Retrieval Lander ». Selon la NASA le rover qui est aujourd’hui en très bon état devrait être encore opérationnel en 2029, date à laquelle le transfère des échantillons aurait lieu. Perseverance devrait donc se mouvoir pour se rapprocher de là où aura atterri « Sample Retrieval Lander », avant que la plateforme ne déploie un bras robotique pour récupérer les échantillons stockés au sein du châssis de Perseverance. Ce bras appelé « Sample Transfer Arm » devrait être conçu et fabriqué par l’ESA, tout comme le satellite qui réceptionnera les échantillons en orbite martienne.

Vue d’artiste d’Ingenuity.


Deux hélicoptères pour prêter main-forte à Perseverance ​

Dans un souci de redondance, la NASA prévoit également d’envoyer sur Mars deux nouveaux hélicoptères. C’est là un grand changement qui résulte de l’excellente performance d’Ingenuity, le petit hélicoptère qui a rejoint Mars avec Perseverance. Ce dernier doté de caméras et d’une totale autonomie pour se mouvoir et s’alimenter est le premier appareil à voler dans l’atmosphère martienne. Ingenuity devait initialement ne faire que quelques tentatives de vol sur Mars avant d’être abandonné. Mais ce sont ses excellentes performances sur la planète rouge qui ont poussé la NASA à poursuivre son usage, notamment pour analyser le terrain martien en amont du passage de Perseverance.

Les deux autres hélicoptères qui devraient rejoindre Mars profiteraient pour leur conception des acquis d’Ingenuity, tout en se dotant d’un bras robotisé pour collecter les échantillons et de petites roues pour évoluer sur la terre martienne.

D’une taille similaire à Ingenuity, ils auraient des caméras. Ils imposeraient nécessairement de développer des pâles et une motorisation plus conséquente pour faire décoller dans la fine atmosphère de Mars une masse plus importante que celle d’Ingenuity.
Leur utilisation pour l’acheminement des échantillons serait donc employée uniquement si Perseverance n’était pas en mesure d’assurer l’opération en totalité et de ses propres moyens. 

La NASA prévoit d’envoyer deux exemplaires de ces petits hélicoptères car le coût de production d’un second de conception identique serait bien plus faible. On peut penser sans trop se risquer qu’elle planifie d’utiliser cette future flotte d’hélicoptères au-delà de l’acheminement des échantillons sur Terre, pour des usages annexes dans le cas où la mission se comporterait comme planifiée.

 

Partager l'ArTech

Partager l'ArTech

Partager l'ArTech

Partager l'ArTech